Communication du Gouvernement wallon de ce jeudi 12 octobre 2017

Communiqué de Jean-Luc Crucke, Ministre de l’Energie
Centrale Biomasse : de plus petites structures privilégiées !

Ce jeudi, le Gouvernement wallon a décidé de ne pas poursuivre la procédure d’appel à projets concernant l’implantation d’une unité centralisée d’une puissance supérieure à 20 MW alimentée par de la biomasse lancée en mai 2016.

Plusieurs facteurs motivent cette décision : l’approvisionnement en biomasse à long terme non garanti, l’absence de cogénération, un doute important sur la neutralité carbone mais aussi un contexte budgétaire tendu notamment. Le Gouvernement wallon, dans sa volonté de soutenir la filière wallonne, va privilégier, entre autres, la création de structures biomasse plus petites.

En novembre 2016, deux candidatures ont été remises pour cet appel à projets et c’est celui de Bee Green Wallonia situé à Visé qui a été proposé par l’Administration wallonne.

Indépendamment de la qualité du projet retenu, ce dossier soulève une série de sérieuses interrogations.

La première est l’incertitude de la création même du projet suite à la modification de la directive européenne 2009/28/CE.

La deuxième concerne l'approvisionnement en biomasse sur le long terme. Fondamentalement, il est problématique que les contrats d’approvisionnement n’atteignent pas une durée de 20 ans. Cela est d’autant plus vrai dans un contexte où le marché mondial de la biomasse pourrait connaître une explosion risquant de faire augmenter le prix de la matière première.

La troisième est l’absence de cogénération du projet. Celle-ci permet une utilisation optimale de la ressource et un meilleur rendement énergétique. Comme démontré, il n’est pas envisageable actuellement de l’intégrer dans le projet actuel de BGW.

De plus, des questions environnementales se posent. Il subsiste un doute raisonnable concernant la capacité des fournisseurs à respecter dans le long terme les labels de certification prévus. Pour ces projets de grande puissance, la neutralité carbone de la biomasse est surtout théorique : le gisement croit ailleurs qu’en Wallonie tandis que les conséquences de sa combustion se concentrent sur notre territoire. Les retombées long terme sont peu connues et la compensation en temps réel n’est pas assurée dans ce cas-ci.

Enfin, dans un contexte budgétaire tendu, il est difficilement acceptable d’engager le Gouvernement sur un soutien pouvant aller jusqu’à 1,3 milliards d’euros pour une durée de 20 ans afin de financer une technologie qui demande des subventions permanentes pour fonctionner.

A l’heure actuelle, il semble plus raisonnable de favoriser les projets de biomasse de plus petite taille, incluant un volet « cogénération », avec un approvisionnement local et la création d’emplois locaux et ce, comme le rappelle la DPR de juillet 2017 : « La filière intégrée de biomasse, en lien avec le tissu économique et ses PME, doit être soutenue. Aucun projet de biomasse ne pourra être autorisé sans que l’on ne s’assure de la maîtrise du coût et de l’impact sur l’emploi, de la performance environnementale (durabilité des intrants, émissions, etc.) et de l'efficience du soutien (coût sociétal). »

Le Ministre wallon de l’Energie Jean-Luc Crucke suivra la volonté reprise dans la DPR mais se penchera également sur le développement des alternatives à cette centrale que sont l’éolien, le photovoltaïque, la biomasse de petite ampleur et le réseau de chaleur.

Pierre-Laurent FASSIN - GSM : 0475/98 34 06 – pierre-laurent.fassin@gov.wallonie.be

 

Communiqué de Carlo Di Antonio, Ministre de la Mobilité :

TEC : un nouveau titre de transport en 2018

 Ce jeudi, sur proposition du Ministre wallon de la Mobilité Carlo DI ANTONIO, le Gouvernement wallon a décidé de la création d’un nouveau titre de transport pour les 12-24 ans sur le réseau TEC.

Ce nouveau titre est une formule intermédiaire entre l’abonnement mensuel et annuel. Cet abonnement de 6 mois permettra aux familles et aux utilisateurs des TEC qui le souhaitent d’étaler cette dépense dans le temps.

Par ailleurs, le Gouvernement wallon a pris acte de la proposition de la SRWT prévoyant une indexation de 2,01% des tarifs des titres de transport pour 2018.

Toutefois, sur proposition du Ministre Carlo DI ANTONIO, cette indexation moyenne a été limitée à 1,6% afin d’en modérer les effets.

En 2017 déjà, seuls les tarifs relatifs aux abonnements annuels avaient été adaptés à l’inflation de l’année précédente. Tous les autres tarifs étaient restés inchangés et au même niveau que 2014.

Les tarifs du Groupe TEC 2018 entreront en vigueur le 1er février prochain et seront communiqués en détail par la SRWT. 

Personne de contact : Cabinet du Ministre DI ANTONIO – 0479/888.475