Communiqués de presse relatifs au Gouvernement wallon de ce 11 mai 2017

Privatisation de Belfius : le Gouvernement wallon saisit le Comité de concertation

En sa séance du jeudi 11 mai, sur proposition du Ministre du Budget Christophe Lacroix, le Gouvernement wallon a décidé de saisir le Comité de concertation concernant une éventuelle privatisation de Belfius par l’état fédéral. 

Le 22 juillet 2016, suite à la proposition de résolution déposée par les députés Fourny, Antoine, Collignon et Dupont, le Ministre-Président Paul Magnette et les Ministres Christophe Lacroix et Paul Furlan adressaient un courrier au Premier Ministre Charles Michel afin d’obtenir des réponses claires quant aux réelles intentions de l’état fédéral concernant une possible revente de Belfius.

Ce courrier mettait en avant le rôle prépondérant joué par Belfius tant pour les pouvoirs locaux que pour la Région wallonne. Un accent particulier était également mis sur l’impact négatif pour l’emploi dans notre pays dans le cas possible d’un rachat ou d’une fusion de Belfius avec une autre banque belge ainsi que les délocalisations supplémentaires de fonctions que pourrait entrainer un rachat par des groupes bancaires étrangers.

La seule réaction du fédéral a été… un simple accusé de réception.

Ainsi, le Gouvernement wallon adressait à nouveau deux courriers en mars 2017, à l’attention cette fois du Premier Ministre et du Ministre des Finances fédéral.

À ce jour, ces courriers sont restés sans réponse. Les seules informations aujourd’hui en possession de la Wallonie étant les déclarations faites à la presse par le Ministre fédéral des Finances, le Gouvernement wallon a décidé de saisir le Comité de concertation pour exhorter le fédéral de prendre toute la mesure d’une telle opération et l’inviter à transmettre aux entités fédérées, dans les meilleurs délais, les informations concernant leurs intentions.

Le Gouvernement wallon exige également l’organisation d’un groupe de travail interfédéral afin d’intégrer les Régions dans le processus décisionnel de cette éventuelle privatisation. 

 

Restauration du Foyer populaire à Court-Saint-Etienne

Sur proposition de Maxime PREVOT, Ministre wallon du Patrimoine, le Gouvernement wallon a octroyé un subside qui permettra de restaurer la façade, les toitures ainsi que la salle de spectacle, toutes trois classées, du Foyer populaire à Court-Saint-Etienne.

Le foyer populaire des usines Emile Henricot est dans un mauvais état : infiltration d’eau, stabilité précaire,… Edifié début du 20ème siècle par les patrons des usines à des fins culturelles et sociales pour le personnel, le Foyer populaire est construit en briques rouges et en pierre calcaire. Sa façade, d’inspiration classique, est asymétrique et composée de six travées inégales sur deux niveaux. Une imposante salle de spectacle, ornée d’un décor classique, termine le bâtiment à l’arrière. Après la faillite des usines, le lieu a été reconverti et abrite le Centre Culturel du Brabant wallon.

Afin de conserver cet élément essentiel du patrimoine stéphanois, témoin du passé des usines Henricot, des travaux de restauration sont à présent absolument nécessaires, notamment en ce qui concerne :

-             la toiture : restauration de l’ensemble des toitures pour empêcher les infiltrations d’eau ;

-             la façade : restauration partielle, essentiellement le fronton en pierre qui menace de s’effondrer ;

-             les menuiseries extérieures.

Le montant de ces travaux s’élève à 936.440 € TVA comprise, subsidiés par la Wallonie à concurrence de 612.273 € TVA et frais généraux compris, dans le cadre de la politique menée par le Ministre Maxime PREVOT en matière de Patrimoine.

 

Approbation du  Programme Communal de Développement Rural (PCDR) de la commune de Tellin

Sur proposition du Ministre wallon de la Ruralité, René COLLIN, le Gouvernement wallon a approuvé le Programme Communal de Développement Rural (PCDR) de la commune de Tellin pour une durée de 10 ans.

A travers de l’objectif « En 2025, Tellin sera une commune vivante, partenaire et solidaire », six priorités de développement ont été définies :

1)           Impulser un usage durable des énergies et des ressources du territoire ;

2)           Mettre en place des initiatives favorisant la mobilité douce ;

3)           Soutenir les activités économiques et touristiques tellinoises ;

4)           Adapter l’offre de services en fonction de l’évolution des besoins ;

5)           Encourager une croissance démographique raisonnée et maîtrisée ;

6)           Favoriser la convivialité et les dynamiques villageoises.

Pour y parvenir, une série de projets a été sélectionnée et sera mise en œuvre au cours des dix années de validité du PCDR, dont les 8 suivants à court terme :

1)           Création d’une maison des associations ;

2)           Extension du complexe sportif ;

3)           Mise en place d’une politique d’accès des PMR ;

4)           Aménagement du cœur de Resteigne ;

5)           Aménagement de logements tremplins et intergénérationnels à Bure ;

6)           Création d’un groupement d’achat « énergies » ;

7)           Création d’un repair café ;

8)           Mise en place d’une plateforme interservices au sein de l’administration communale.

L’approbation du Programme Communal de Développement Rural par le Gouvernement wallon ouvre des possibilités d’octroi de subventions pour la réalisation des projets repris dans le programme.

Pour René COLLIN, le PCDR est un réel outil de développement socio-économique des zones rurales, source de création d’emplois et de liens humains.

 

PCDR de Braine-le-Château : Accord du Gouvernement wallon sur l’aménagement d’une infrastructure polyvalente socio-récréative à Wauthier-Braine

Sur proposition du Ministre wallon de la Ruralité, René COLLIN, le Gouvernement wallon a approuvé l’octroi d’une subvention de 563.338,12 euros à la commune de Braine-le-Château pour l’aménagement d’une infrastructure polyvalente socio-récréative à Wauthier-Braine, dans le cadre de son Programme Communal de Développement Rural (PCDR).

Ce projet permettra de répondre aux nouveaux besoins des nombreuses associations locales qui proposent des activités socio-récréatives et qui ne trouvent plus de places dans les infrastructures communales existantes.  La création de ce nouvel espace, idéalement situé dans le village, permettra de libérer des plages horaires au complexe sportif .

Le coût total du projet, prévoyant l’assainissement du site, la construction de l’infrastructure polyvalente et l’aménagement des abords, est estimé à ce stade à 826.676,24 €. 

Pour René COLLIN, le PCDR est un réel outil de développement socio-économique des zones rurales, source de création d’emplois et de liens humains.